Assurance hospitalisation

Assurance hospitalisation

La loi belge vous oblige à vous affilier, vous et les membres de votre famille, à une mutuelle de votre choix pour l'assurance-maladie, mais l'assurance maladie ne couvre malheureusement pas l'entièreté des frais médicaux. Un traitement (de jour) à l'hôpital, une consultation chez un spécialiste... ne sont remboursés qu'à concurrence de 75 %. Vous devrez encore payer 25 % des frais de votre poche (ticket modérateur). Vos frais médicaux peuvent être élevés, si bien qu'il est préférable de souscrire une assurance hospitalisation complémentaire pour vous et votre famille. Vous réduisez ainsi le coût à payer et évitez les soucis financiers et administratifs.

 

Qu'est-ce qu'une assurance hospitalisation ?

Tous les frais médicaux ne sont pas remboursés. Une assurance hospitalisation est donc une assurance complémentaire à l'assurance maladie, qui n'intervient que pour un certain montant. Imaginons que vous êtes impliqué dans un accident de voiture et que vous êtes transporté à l'hôpital. Vous devez être opéré sur le champ car votre état se complique et restez hospitalisé pendant quelques jours. Les coûts de cette intervention et de votre prise en charge peuvent grimper en flèche. C'est précisément pour cette raison qu'il est préférable de souscrire une assurance hospitalisation complémentaire auprès de votre mutuelle ou de votre assureur privé(*). Vous évitez ainsi d'avoir à payer des frais d'hospitalisation élevés étant donné que votre assurance maladie n'offre qu'une couverture partielle (environ 75 %). Attention : l'intervention de l'assurance hospitalisation ne peut se faire qu'après celle de la mutuelle.

    Graphique : Coûts chambre privée, commune ou à 2 lits

Source : MC Information - Baromètre MC de la facture hospitalière 2016.

Une assurance hospitalisation est-elle obligatoire en Belgique ?

Une assurance hospitalisation n'est pas obligatoire en Belgique. Elle est cependant conseillée en raison des frais d'hospitalisation élevés que peuvent entraîner une prise en charge, une intervention médicale, un traitement ambulatoire(*) pour une maladie grave,... Votre mutuelle intervient pour un certain montant, mais vous aurez à payer le solde de votre poche. Il pourrait arriver que le médecin vous diagnostique un cancer ou un diabète (type 1 ou type 2)... Ce ne sont là que quelques exemples de maladies pour lesquelles un traitement est nécessaire. Ce traitement peut coûter des milliers d'euros et vous ne serez que partiellement remboursé par la mutuelle.

Savez-vous par exemple que chaque année, un belge sur sept doit étre hospitalisé ? Non ? Voilà pourquoi vous avez tout intérêt à prendre une assurance hospitalisation complémentaire, afin de ne pas avoir à payer le solde après intervention de la mutuelle. En effet, si le coût total de votre hospitalisation est élevé, le solde à payer le sera lui aussi. Nous vous offrons la possibilité de comparer différentes assurances hospitalisation et de calculer les prix, et d'ainsi choisir une assurance hospitalisation personnalisée.

Quelles sont les couvertures et formules offertes par une assurance hospitalisation ?

Chaque mutuelle, chaque assureur privé (*) propose différentes couvertures et formules. Certaines assurances hospitalisation comportent une clause prévoyant l'assistance en Belgique comme à l'étranger. En outre, une assurance hospitalisation couvre en général les frais du traitement pré- et post-hospitalisation, si bien que vous n'avez plus à vous inquiéter au sujet des frais financiers et administratifs. Votre seule préoccupation est de vous rétablir et de guérir. Comme il existe diverses couvertures et formules proposées, il est préférable d'examiner celle qui vous convient le mieux, à vous et votre famille. Vous pouvez déjà comparer les différences sur notre site.

Assurance hospitalisation via votre employeur, faut-il souscrire une police d'attente ?

Vous avez contracté une assurance hospitalisation via votre employeur ? Avez-vous déjà vérifié si elle comportait une police d'attente ? Si ce n'est pas le cas, vous avez intérêt â en souscrire une auprès d'un assureur privé. Une police d'attente vous met à l'abri de primes élevées et l'assureur ne peut pas vous exclure exclure si vous prenez votre retraite ou êtes licencié. De quoi s'agit-il concrètement ?

Imaginons que vous avez 64 ans et que vous partez à la retraite l'an prochain. Pendant toutes ces années, vous avez bénéficié d'une assurance hospitalisation via votre employeur, mais elle s'arrête au moment de votre départ à la retraite. Pour continuer à bénéficier des avantages d'une assurance hospitalisation complémentaire, vous devez à nouveau souscrire une assurance hospitalisation auprès de la mutuelle ou d'un assureur privé. Comme vous avez déjà un certain âge, il se peut que ceux-ci refusent de vous assurer ou exigent le paiement d'une prime très élevé. C'est précisément pour éviter pareille situation que la police d'attente existe ! Comme vous avez déjà payé un certain montant anticipativement, elle est alors convertie en assurance hospitalisation individuelle sans augmentation de votre prime. De plus, ni la mutuelle ni l'assureur privé ne peuvent refuser de convertir une police d'attente en assurance hospitalisation individuelle. Il en va de même en cas de licenciement. Comparez ici les prix d'une police d'attente.

Cas chiffré : frais d'hospitalisation élevés

Saviez-vous que le nombre de patients atteints d'un cancer augmente chaque année ? En 2010, un diagnostic de cancer a été posé chez 62.017 personnes en Belgique. Cela signifie qu'environ 170 personnes par jour – hommes, femmes ou enfants – apprennent la mauvaise nouvelle de la bouche de leur médecin. Le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme ; celui de la prostate chez l'homme. Chaque patient se voit administrer un traitement spécifique selon le type de cancer, le stade et les facteurs personnels (comme l'âge et la condition physique). Il existe en tout trois types de traitements différents : radiothérapie, chirurgie et chimiothérapie. Les coûts médicaux de ces traitements peuvent atteindre des milliers d'euros, dont par exemple €2.500 à charge du patient. Sans oublier un certain nombre de frais supplémentaires que le patient doit payer en tout ou en partie.

Quelques exemples de frais supplémentaires cités plus haut :

  • Frais de laboratoire
  • Frais de consultation
  • Transfusion sanguine ou transfusion de plaquettes
  • Médicaments tels que les antiémétiques
  • ...

La facture globale peut donc atteindre une somme astronomique. Mieux vaut prévenir que guérir et souscrire une assurance hospitalisation. Vous ne devrez alors plus vous préoccuper de l'avenir, de diagnostics potentiels ni des coûts inhérents au traitement.