Qu’est-ce que l’assurance TRC ?

Qu’est-ce que l’assurance TRC ?
Malgré la stricte réglementation en matière de construction, le Belge est né avec une brique dans le ventre. Mais lorsqu’il s’agit de la construction, de la transformation ou de la rénovation d’un bâtiment ou d’une habitation privée, les coûts peuvent très rapidement augmenter. L’assurance TRC assure la protection de votre projet de construction.

Qu’est-ce qu’une assurance TRC ?

L’assurance Tous Risques Chantier (TRC) ou assurance chantier couvre les dégâts occasionnés au chantier, aux ouvrages et aux matériaux qui sont survenus lors de la construction d’un nouveau bâtiment, ou lors de la transformation ou la rénovation d’une habitation.

Etant donné que de nombreuses personnes travaillent sur un chantier, celles-ci peuvent commettre des erreurs et ainsi occasionner des dommages. Ces derniers peuvent également être occasionnés par un incendie ou des conditions climatiques défavorables.

Il est recommandé de contracter cette assurance avant le début de la construction, de la transformation ou de la rénovation car la simple assurance incendie ou l’assurance familiale n’offre, à elle seule, pas une couverture suffisante.

Que couvre l’assurance TRC ?

La couverture offerte par une assurance TRC peut varier d’un assureur à l’autre. Elle couvre généralement ce qui suit :

  • Dommages matériels au bâtiment en raison de travaux ou de l’entretien
  • Vol sur le chantier : pertes et dommages aux bâtiments
  • Accidents sur le chantier : frais médicaux à la suite d’un accident

Vous pouvez faire inscrire la responsabilité civile pour les dommages occasionnés aux tiers dans votre police, mais celle-ci ne peut être souscrite séparément. Si vous optez pour cette couverture facultative, le maître d’ouvrage ainsi que ses ouvriers seront assurés.

Vous pouvez éventuellement souscrire une assurance complémentaire pour couvrir les dommages matériels causés à vos biens et matériaux de chantier ainsi qu'aux installations temporaires et aux équipements.

Que ne couvre pas l’assurance TRC ?

Quelques exemples :

  • Les dommages intentionnels causés par l’assuré
  • Les dommages causés par : la guerre, un conflit armé, un attentat, le terrorisme et l’énergie nucléaire
  • Les dommages aux biens confiés

Un certain nombre d’éléments ne sont en outre généralement pas couverts :

  • Amendes
  • Usure
  • Dommages aux travaux par des entrepreneurs non enregistrés

Quelques points d’attention

  • Il est important que l’assuré mentionne dans la police d’assurance toutes les personnes qui travaillent au projet de construction, telles que le maître d’ouvrage, le commanditaire, l’entrepreneur, l’architecte..., ce qui permet d’assurer tout le monde dans une seule police. En cas de dommage, cela peut mener à une meilleure gestion des sinistres et à une indemnisation plus rapide.
  • Il convient que le maître de l’ouvrage souscrive la police d’assurance pour que celui-ci soit au courant de tout. La police peut également être souscrite par l’entrepreneur.
  • Il est préférable de contracter l’assurance avant le début des travaux.
  • Ne prêtez pas uniquement attention à la prime mais intéressez-vous également aux couvertures reprises dans votre police.
  • Vérifiez la durée de la couverture. Une construction ou une rénovation peut en effet durer plus longtemps que prévu. La plupart du temps, la durée d’une assurance TRC est de 12 mois.
  • Une police TRC est souvent un travail de précision. N’hésitez donc pas à vous faire assister par des professionnels.
  • Surveillez les capitaux assurés des couvertures car ils peuvent varier.
  • Auprès de certains assureurs, il vous est possible de prolonger la durée de la couverture jusqu’après la réception provisoire des travaux. On parle ici de période d’entretien. Dans ce cas, sont assurés les travaux que les entrepreneurs doivent encore exécuter après la livraison définitive.